Français English

Tél.: (+229) 20 00 14 17 - Email: idid_ong@yahoo.fr

Sensibilisation des producteurs et productrices du village HOLLISensibilisation des producteurs et productrices du village HOLLI

Dans l’intention de lutter contre la faim dans le monde et assurer une bonne sécurité alimentaire, le Ministère Fédéral Allemand de la Coopération Economique et du Développement (BMZ) a mis en place un Projet de Protection et Réhabilitation des Sol (ProSOL). Ce projet place le développement rural au cœur de son action à travers une agriculture durable et vise une approche de protection des sols et de la réhabilitation des sols dégradés. Pour mener à bien ce projet, L`ONG Initiatives pour un Développement Intégré Durable (IDID) à travers un partenariat avec la GIZ a mis en place une équipe de trois (03) techniciens intervenant dans la cadre dans la commune de Ouinhi.

Ces techniciens ont à charge quatre (04) villages chacun. Ils ont donc démarré les activités en Janvier 2016 par la prise de contact avec les différentes autorités communales (la gendarmerie, le CeRPA, Les chefs des différents villages et le président de l’Union Communale des Producteurs), ce qui leur a permis de s`insérer dans les villages et de procéder à l`identification et la sélection de 19 producteurs et 6 productrices par village. Au nombre des activités prévues, figure la sensibilisation sur les pratiques néfastes favorisant la dégradation des terres qui a été réalisé dans presque tous les villages. Ceci prépare la formation aux producteurs sur les mesures de gestion durable des terres.

Soulignons que les autorités à divers niveaux rencontrés ont montré leur disponibilité pour l`appui aux activités dudit projet.

Du 9 au 13 mai 2016, se tient à l’hôtel Washington à Casablanca au Maroc, le 10ème atelier annuel du Réseau Climat Développement (RC&D. Créé en 2007, le RC&D réunit aujourd'hui plus de 70 associations francophones travaillant sur un développement local et/ou national à l'épreuve du changement climatique. Il a pour objectif d'une part de sensibiliser les communautés et les décideurs locaux, les médias au niveau local et national, et d'autre part, les ministres et chefs d'Etat africains afin qu'ils défendent et promeuvent un développement résilient et sobre en carbone et en énergie, en particulier en vue de la COP22 au Maroc, qui aura lieu sur le continent le plus touché par les impacts du changement climatique.

Cet 10ème atelier annuel organisé en partenariat avec l’Association des Enseignants des Science de la Vie et de la Terre (AESVT), association nationale marocaine à but non lucratif créée en 1994, porter sur le thème « renforcement des capacités de plaidoyer de la société civile francophone en vue de la Conférence des Parties de Marrakech (COP22) et de l’opérationnalisation de l’Accord de Paris ».

Il s’agira donc au cours de cet important atelier dans la vie du réseau, de partager les expériences, de construire les recommandations de la société civile africaine francophone pour la COP22 et l’opérationnalisation de l’accord de Paris et d’initier une nouvelle dynamique en vue de l’autonomisation du réseau.

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet «Droits des Migrants en Action» financé par l’Union Européenne à travers la Fédération Internationale de la Croix-Rouge et du Croissant Rouge, plusieurs séances de sensibilisation ont été organisé à l’endroit des migrants des migrants travailleurs marginalisés et vulnérables des quatorze communes cibles du projet. 

Ces séances avaient comme objectif principal, d’appuyer les communautés de migrants à se mettre en association selon leurs nationalités. Au total, une vingtaine d’associations de migrants togolais, nigérian, nigérien, burkinabais, ghanéen et malien ont été suscités à travers ces séances de sensibilisation.
Les dites séances se sont déroulées dans toutes les communes du Plateau et de l’Ouémé. Les séances ont connu un grand succès de par le fort enthousiasme observé au niveau des bénéficiaires du projet.

Dans l’intention de lutter contre la faim dans le monde et assurer une bonne sécurité alimentaire, le Ministère Fédéral Allemand de la Coopération Economique et du Développement (BMZ) a mis en place un Projet de Protection et Réhabilitation des Sol (ProSOL). Ce projet place le développement rural au cœur de son action à travers une agriculture durable et vise une approche de protection des sols et de la réhabilitation des sols dégradés. Pour mener à bien ce projet, L`ONG Initiatives pour un Développement Intégré Durable (IDID) à travers un partenariat avec la GIZ a mis en place une équipe de trois (03) techniciens intervenant dans la cadre dans la commune de Ouinhi.

Ces techniciens ont à charge quatre (04) villages chacun. Ils ont donc démarré les activités en Janvier 2016 par la prise de contact avec les différentes autorités communales (la gendarmerie, le CeRPA, Les chefs des différents villages et le président de l’Union Communale des Producteurs), ce qui leur a permis de s`insérer dans les villages et de procéder à l`identification et la sélection de 19 producteurs et 6 productrices par village. Au nombre des activités prévues, figure la sensibilisation sur les pratiques néfastes favorisant la dégradation des terres qui a été réalisé dans presque tous les villages. Ceci prépare la formation aux producteurs sur les mesures de gestion durable des terres.

Soulignons que les autorités à divers niveaux rencontrés ont montré leur disponibilité pour l`appui aux activités dudit projet.

© Rafik GARNI© Rafik GARNI

Les changements climatiques font de plus en plus peser une menace sur le développement à tous les niveaux. Des impacts significatifs risquent de s’accentuer au cours des années à venir et appellent à une meilleure adaptation des communautés. Afin de mieux cerner comment vivent les communautés locales, pour alimenter les plaidoyers du Réseau Climat & Développement aux niveaux national et international, une étude des impacts des changements climatiques et avancées en matière d’adaptation a été réalisée dans le bassin de Tèwi situé dans la commune de Dassa-Zoumè, département des collines du Bénin. D’une superficie de 456 km2 soit 25,9% de la commune, ce bassin dispose d’un climat de type soudano-guinéen favorable à l’agriculture, mais qui est confronté à d’énormes difficultés liées aux risques du changement climatique.

La méthodologie utilisée est basée sur l’exploitation des données issues des documents officiels du Bénin sur les changements climatiques, l’exploitation des données des différents projets et études réalisés par l’ONG, l’exploitation de données issues des interviews des différentes personnes ressources clés ciblées.

Lire la suite...

Présentation du contexte migratoire au Bénin par le point focal du Programme DROITS DES MIGRANTS EN ACTION (Fernand AZONNANON)Présentation du contexte migratoire au Bénin par le point focal du Programme DROITS DES MIGRANTS EN ACTION (Fernand AZONNANON)

Ce vendredi 08 Avril 2016 a lieu au siège de l’ONG IDID ONG une séance dans le cadre de la gestion de la mise en œuvre du projet d’amélioration de l’accès aux services sociaux des migrants travailleurs marginalisés et vulnérables des départements de l’Ouémé et du Plateau «PASSOM». Cette rencontre s’inscrit dans la concertation avec les acteurs locaux des 14 communes d’intervention du projet. Il s’est agi de :


  • faire le bilan de la mise en œuvre des activités du 1er semestre ;
    planifier les activités du 2ème semestre ; 
    échanger sur certains aspects pratiques de la mise en œuvre des activités pour l’atteinte des objectifs du projet au profit des migrants vulnérables.

Au total, une trentaine de participants ont été présents à cette séance à savoir : l’équipe de mise en œuvre du projet, les points focaux communaux de la Croix Rouge Béninoise et ceux du projet au sein des mairies et les représentants des associations des migrants. Cette séance a permis d’aplanir les difficultés constatées dans la mise en œuvre des activités et de donner un nouveau souffle au projet dans chacune des 14 communes d’intervention du projet.

Deuxième rencontre du projet PASSOM avec les acteurs communaux des départements de l’Ouémé et du plateauDeuxième rencontre du projet PASSOM avec les acteurs communaux des départements de l’Ouémé et du plateau     Communication du Directeur Exécutif de l’ONG IDID (Saïd K. HOUNKPONOU)Communication du Directeur Exécutif de l’ONG IDID (Saïd K. HOUNKPONOU)     Communication du Chargé de programme (Marius DEGLA) sur le Bilan des activités du 1er semestre Communication du Chargé de programme (Marius DEGLA) sur le Bilan des activités du 1er semestre      Vue partielle des participants Vue partielle des participants


Cet atelier qui a connu la participation de l’ONG IDID, champion du climat et porteur de l’initiative DECLIC au Bénin, a porté sur le thème : "Les citoyens face aux enjeux des négociations sur les Changements Climatiques: Solutions innovantes et Messages clés."

Durant cette journée ouverte officiellement par le Directeur de ENDA, les participants ont eu à échanger sur les défis majeurs, les avancées notées dans les négociations, les points d’achoppement qui demeurent, les priorités pour l’Afrique et les voies et moyens pour aller de l’avant.
Le DECLIC est en marche, avant, pendant et après la COP 21, afin que les préoccupations réelles liées aux enjeux des changements climatiques deviennent l’affaire de tous à tous les niveaux. Seul un engagement citoyen conséquent peut nous y amener !

L`ONG Initiatives pour un Développement intégré Durable (IDID) a bénéficié d’une subvention locale pour intervenir dans les communes de Savalou et de Ouinhi dans le cadre de la mise en œuvre du projet de Protection et de Réhabilitation des Sols pour assurer la sécurité alimentaire (PRoSOL) initié par le Ministère Fédéral Allemand de la Coopération Economique et du Développement (BMZ).


La mise en œuvre des différentes activités planifiées s`est faite grâce au dispositif opérationnel constitué par six (06) techniciens recrutés et répartis dans chacune des deux communes d’intervention à savoir Savalou pour les Collines et Ouinhi pour le Zou. Au total neuf (09) villages sont ciblés dans Savalou et douze (12) villages dans Ouinhi.


En ce qui concerne les bénéficiaires, on dénombre un total de 651 producteurs dont 219 femmes pour l’ensemble des deux communes. En se basant sur la stratégie d’intervention, l’identification et la sélection ont été faites de façon participative avec les Chefs villages, les présidents des Unions de producteurs, et les conseillers en production végétale.


Parmi les activités réalisées, on peut noter les assemblées villageoises déroulées avec la participation active des producteurs pour présenter les réels objectifs du projet PRoSOL, les séances de sensibilisation sur les pratiques endogènes néfastes d’exploitation des terres, la formation des champs-écoles paysans, la planification conjointe des activités et les formations aux producteurs sur les mesures de gestion durable des terres et d`adaptation aux changements climatiques (GDT/ACC) durant toute la campagne agricole 2016-2017.


Il est important de souligner que les autorités à divers niveaux, élus et leaders d’opinion ont exprimé leurs disponibilités à nous accompagner dans les différentes activités menées dans leurs localités respectives. Les activités de démonstration pratique au champ sur les mesures GDT/ACC entrent dans leur phase active avec l’installation progressive de la saison pluvieuse.

Les 2 et 3 novembre 2015 à Dakar, s’est tenue une concertation des organisations de la société civile de l’Afrique de l’Ouest afin de jouer leur partition pour l’aboutissement d’un accord ambitieux qui tient compte des besoins réels des communautés vulnérables lors de la COP 21 de Paris en décembre 2015.

Le dernier draft du texte de l’accord a été analysé de façon minutieuse dans tous ses compartiments. Les points clés formulés en termes de recommandations qui ont servi à alimenter les assises des délégués de la CEDEA tenu les 5 & 6 novembre s’énoncent comme suit :

En ce qui concerne l’Adaptation - Finance

  • L'accord doit faire le lien entre le niveau des émissions globales (et du réchauffement) et le besoin financier à couvrir par les pays développés en respectant le principe de responsabilité historique et différenciée.
  • L’accord de Paris doit fixer les principes de base pour le financement à long terme avec une feuille de route et un mécanisme garantissant aux pays les plus pauvres que les financements climat iront croissant pour répondre à leurs besoins.
  • L’accord doit créer des cycles/engagements financiers et s’assurer que les 100 milliards $ constituent un montant minimum avec une allocation équitable adaptation/atténuation et veiller à ce qu’il soit croissant et prévisible.

Par rapport à la Transition Energétique

  • Promouvoir une transition énergétique ambitieuse avec les CPDN, la mise en place à l’échelle nationale pour les collectivités des plans de développement des énergies renouvelables et leur mise en oeuvre par un mécanisme des financements innovants.
  • Favoriser l’entreprenariat social et l’industrialisation sobre en carbone pour la création de l’emploi vert et l’accès aux services énergétiques modernes et durables.
  • Réviser la régulation au niveau de l’espace CEDEAO pour faciliter l’accès aux services énergétiques notamment concernant les tarifs de rachat et augmenter les ambitions de mix-énergétique.
  • Faciliter le transfert de technologies et trouver des mécanismes de subvention pour atténuer le coût de l’énergie renouvelable.

Pour Agriculture & sécurité alimentaire

  • Prendre en compte l’agriculture familiale et l’agroécologie comme cible et option prioritaires de l’adaptation aux changements climatiques dans le secteur agricole afin de soutenir la sécurité alimentaire au niveau des pays en voie de développement.

Enfin pour la Justice climatique & droits humains

  • L’intégration du principe de justice climatique au coeur de l’accord de Paris doit prendre en compte la spécificité des communautés les plus affectées et des peuples autochtones et l’adoption d’une approche basée sur les droits humains.
  • La promotion des politiques qui entraineraient la suppression des discriminations pour faciliter l’accès des femmes et des populations autochtones aux ressources foncières, écologiques et financières.

Page 1 sur 2

NOUVEAU RAPPORT, A TELECHARGER

Rapport (Réseau Climat & Développement)

IDID ONG sur Facebook

IDID ONG (Youtube)

IDID ONG

IDID ONG

N°2006/045/SG/STCCD du 18 avril 2006, Préfecture de Porto-Novo.

IDID a pour vision de devenir une institution leader axée sur la recherche action participative et le renforcement des capacités des communautés vulnérables pour le développement intégré durable au Bénin et dans le monde.

Notre newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir directement dans votre mail toute l'actualité de IDID ONG ainsi que de nombreuses opportunité.

NB:Votre adresse électronique ne sera pas utilisée pour des spams ni à des fins commerciales.

IDID ONG | Contacts

Initiatives pour un Développement Intégré Durable

03 BP 92 Porto-Novo, République du Bénin

(00229) 20 00 14 17
(00229) 20 22 07 08

idid_ong@yahoo.fr | www.ididong.org